Carence en fer et anémie

icone-fer

La carence en fer est fréquente. Elle peut être consécutive à une carence nutritionnelle ou spoliation sanguine (perte de sang). Si cette carence est trop importante, elle peut provoquer une anémie, qui devra ensuite être traitée par une approche médicamenteuse plus complexe.

Alors, pourquoi le fer est-il si important pour notre organisme et comment repérer que l’on souffre d’une anémie par carence de fer ? Quels sont les patients à risque ? Et de quelle manière peut-on se soigner ?

Chez une personne en bonne santé, la quantité de fer dans le sang se trouve aux alentours de 2 à 4 grammes. Chez l’homme, le besoin alimentaire de fer est de 10 mg, alors que chez la femme non ménopausée il est plus élevé à 15 mg à cause des pertes sanguines menstruelles. Une faible proportion ingérée est absorbée du tube digestif au sang.

Normalement, nous ne perdons pas plus qu’1 mg de fer par jour et notre alimentation devrait nous approvisionner suffisamment. Cependant, en cas de carence nutritionnelle, de troubles de l’absorption digestive ou de pertes sanguines (menstruations, pathologies digestives), une carence en fer peut survenir. Il est très facile de mesurer le statut du fer chez un patient, par une prise de sang, plus particulièrement par des dosages de la ferritine sérique (réserves de fer), du coefficient de saturation de la transferrine (TSAT) et la teneur en hémoglobine.

Les carences en fer sont donc classifiées selon les taux de ferritine et d’hémoglobine (Hb):
  • Carence en fer absolue: Ferritine < 15 mg/L
  • Carence en fer latente: Ferritine < 15 mg/L+ Hb > 10 g/L
  • Carence fonctionnelle en fer: Ferritine normale ou élevée, saturation de la transferrine abaissée (< 20%)
  • Anémie ferriprive : Ferritine < 15 mg/L + Hb < 10 g/L
Les causes les plus fréquentes de la carence en fer:

Les causes des carences en fer sont variables, cependant on peut mettre en avant un apport insuffisant en fer, ce que ce soit par une diète particulière, par exemple végétarienne ou végétalienne, mais aussi par un régime amaigrissant, ou encore à cause d’une dénutrition dans le contexte d’une pathologie grave (cancer, maladie rénale chronique avancée par exemple). A noter que le corps humain ne peut pas produire de fer, il s’approvisionne donc majoritairement par le biais de l’alimentation.

Une autre cause de la carence en fer est liée à une perte importante de celui-ci, via des pertes de sang importantes. Cela peut notamment se produire lors de menstruations abondantes, d’une opération, d’une blessure grave ou encore à cause d’une maladie hémorragique digestive ou autre.

Enfin, quand le corps humain doit produire des efforts particulièrement importants, une carence en fer peut en découler car les besoins augmentent. Cela peut se produire en cas de grossesse, d’allaitement, de croissance ou même chez des sportifs déployant des efforts intenses (marathon).

La carence en fer peut rester isolée mais dans les cas avancés, il s’installe une anémie car la synthèse de l’hémoglobine qui requiert du fer est altérée.

Les symptômes:
Les symptômes d’une carence en fer sont assez généraux, voire non spécifiques, parfois simulant une autre pathologie. Cependant, plus la carence en fer augmente, plus les symptômes s’intensifient. Les patients qui ont déjà expérimenté des carences en fer reconnaissent les signes très rapidement, ce qui leur permet une prise en charge médicale le plus tôt possible.
Voici les symptômes les plus fréquents pouvant être attribués à une carence de fer:
  • Fatigue et épuisement
  • Maux de tête
  • Anxiété
  • Difficultés de concentration
  • Troubles du sommeil
  • Sautes d’humeur

Les symptômes plus spécifiques des carences en fer sont les suivants:

  • Perte de cheveux
  • Ongles cassants

En cas d’anémie ferriprive, où les symptômes subsistent pendant une longue période de temps sans traitement, le patient peut expérimenter les symptômes suivants, en addition des symptômes mentionnés plus haut:

  • Pâleur de la peau
  • Vulnérabilité aux infections
  • Palpitations / rythme cardiaque élevé
  • Syndrome de fatigue chronique
  • Sensibilité accrue au froid
  • Essoufflement ou détresse respiratoire
  • Syndrome des jambes sans repos
La substitution de fer par voie intraveineuse, pour quels patients?
Lors d’une carence en fer, la première voie de traitement habituelle est l’administration de fer par voie orale. Cependant, celle-ci n’est pas toujours possible car mal tolérée, ou inefficace. Le fer administré par voie intraveineuse, plutôt que par voie orale, est recommandé pour les patients qui souffrent d’une carence en fer importante associée ou non à une anémie. La perfusion intraveineuse de fer est aussi indiquée en cas d’intolérance digestive aux formes orales. Enfin la voie intraveineuse est justifiée si une tentative de correction par voie orale est inefficace ou encore chez les patients qui présentent des pertes de sang qui dépassent la capacité d’absorption de fer par le tube digestif.

Quelques diagnostics motivant une perfusion de fer:

  • Anémie ferriprive
  • Carence en fer et fatigue
  • Carence en fer et alopécie
  • Carence en fer et syndrome des jambes sans repos
  • Autres formes d’anémie, avec carence fonctionnelle en fer
Les personnes souffrant de maladies chroniques et les femmes en cours de grossesse sont les candidat(e)s fréquent(e)s pour des substitutions de fer par voie intraveineuse. En particulier:
  • Patients souffrant de maladies gastro-intestinales spoliatives (avec pertes de sang)
  • Patientes présentant des pertes de sang importantes d’origine gynécologique
  • Patientes en cours de grossesse
  • Patients avec maladie rénale chronique avancée
  • Patients avec insuffisance cardiaque
  • Patients avec maladies oncologiques
Gastroentérologie et carence en fer:
Les maladies du tractus gastro-intestinal peuvent provoquer une perte de sang aigue ou chronique pathologique. La maladie de Crohn, la colite ulcéreuse, les ulcères gastriques ou duodénaux sont des exemples de maladies digestives dites spoliatives. Il est également possible qu’une anémie ferriprive se développe chez les patients avec maladie cœliaque, c’est-à-dire intolérants, voire allergiques au gluten, mais cette fois par un trouble de l’absorption du fer et non par une perte de sang. Chez ces patients souffrant de maladies intestinales chroniques, l’administration de fer par voie orale est très mal tolérée voire complètement inefficace, contrairement à des patients en bonne santé intestinale. C’est pour cette raison que l’administration de fer par voie intraveineuse est fortement recommandée pour ce type de patients.
Gynécologie et carence en fer:
Selon l’OMS, une femme enceinte sur trois souffrirait d’anémie gestationnelle, ce qui représente environ 500 millions de femmes dans le monde. Cependant, les carences en fer touchent également toutes les femmes en l’âge de procréer, car elles perdent du sang et donc du fer lors de leurs menstruations. En effet, il faut savoir qu’au cours d’un cycle menstruel normal, une femme perd entre 25 et 30 ml de sang, ce qui correspond à une perte de 12.5mg à 15 mg de fer. De plus, une alimentation pauvre en fer qui est fréquente chez les jeunes femmes contribue également aux carences Durant la grossesse, les besoins en fer de la femme enceinte augmentent en parallèle à la croissance et au développement du fœtus. Il a d’ailleurs été observé que toutes les grossesses s’accompagnent d’un bilan en fer négatif, malgré une alimentation adéquate et optimale. Une substitution en fer est donc recommandée pendant la grossesse. Mais cela ne suffit pas toujours à éviter une carence en fer avec une anémie ferriprive qui peuvent devenir néfastes pour le foetus et la maman. L’administration intraveineuse en fer est efficace dans ces cas. Cependant, l’administration de fer par voie intraveineuse est contre-indiquée jusqu’à la fin du 1er trimestre de grossesse. Elle peut être administrée à partir du 2ème trimestre. Concernant les jeunes filles ainsi que les femmes non-ménopausées, chez qui une anémie est fréquente, l’administration de fer par voie intraveineuse est souvent la solution la plus efficace et durable. Très souvent, l’administration de fer par voie orale ne parvient pas à corriger la carence en fer et/ou à maintenir un niveau de fer adéquat.
Néphrologie et carence en fer:
Les patients avec maladie rénale chronique avancée sont tout particulièrement à risque d’anémie rénale par manque de production d’érythropoiétine, une hormone produite naturellement par les reins sains qui stimule la production de globules rouges dans la moelle osseuse. L’administration d’érythropoiétine recombinante par voie sous-cutanée corrige l’anémie rénale chez ces patients, mais ce traitement consume rapidement les réserves de fer qui deviennent insuffisantes. À ce moment-là, des injections intraveineuses régulières de fer deviennent indispensables. Le fer par voie orale est largement inefficace chez ces patients.
Recommandations générales:

En plus d’un traitement de la carence en fer par voie intraveineuse, il est recommandé aux patients de suivre, si possible, un régime alimentaire apportant suffisamment de fer à l’organisme, ainsi que de la vitamine C qui contribue à une meilleure absorption le fer. Il est conseillé de consulter un professionnel de la nutrition afin de bénéficier d’une alimentation riche en fer qui convienne à la situation spécifique à chaque individu.

Notre diététicienne spécialisée Tania CHATTON et le Prof. Daniel TETA se tiendront à votre disposition afin de vous conseiller. Notre préoccupation est de vous maintenir en bonne santé nutritionnelle et physique en proposant une diète équilibrée qui respecte vos préférences.

Nous avons la capacité et l’expérience pour toute administration de fer intraveineux chez des patients souffrant de diverses pathologies. Nous pourrons vous accueillir dans un délai de quelques jours, sous la condition de présenter une demande d’administration de fer par votre médecin traitant.

Vous pouvez nous contacter 

Tél. Secrétariat 021 620 71 40

Fax. 021 620 71 41   

E-mail : info@nephrodialyse.ch

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site internet.